Accueil du site > 1. Accueil > 1. Actualités > Gérer les mouches des fruits : les bons gestes

Gérer les mouches des fruits : les bons gestes

Gérer les mouches des fruits : les bons gestes

La mouche orientale des fruits, Bactrocera dorsalis, est une mouche des fruits tropicale qui affectionne les climats chauds et humides. Cette mouche est une espèce très invasive qui s’est répandue rapidement en Afrique et dans la zone Océan Indien. Fin avril 2017, B. dorsalis a été détectée par la FDGDON (OVS Végétal) dans l’Ouest de l’île sur les communes du Port et de Saint-Paul (lien vers l’article). Elle a depuis colonisée toute l’île occasionnant énormément de dégâts sur la filière fruitière et en particulier sur la mangue dans l’Ouest.

JPG - 69.8 ko
Bdorsalis pondant sur Mangue
Crédit R. Fontaine FDGDON

Aucun fruits n’est à l’abri

Extrêmement polyphage, elle s’attaque à plus de 300 plantes hôtes (plantes cultivées et sauvages). On peut citer par exemple la mangue, la papaye, les agrumes, la goyave, le goyavier, le pitaya, les avocats et les bananes mais également les annones, le café, le zévi, le jamrose et le jamalac.

Des pertes économiques importantes à la Réunion

L’impact économique sur les mangues est considérable. En Afrique, on recense des pertes de production entre 15 et 70 % selon les variétés. Les variétés plus tardives sont les plus impactées. Il en va de même sur les agrumes : perte de production entre 20 et 25 % sur mandarine et orange en zone humide, 6 et 12 % en zone sèche. A La Réunion, en 2018, le bassin de production de mangues de Grand Fond (Saint-Gilles) a été particulièrement touché avec des pertes proches de 100% sur certaines parcelles. Ailleurs, les pertes semblent varier selon les zones et les variétés mais reste a minima entre 20 et 25%.

Comment gérer ce fléau ?

La baisse des populations de mouches passe par une stratégie globale de protection agroécologique comportant différentes méthodes complémentaires à mettre en œuvre : • La surveillance de ses cultures à l’aide de pièges à phéromones • La prophylaxie : aménager et entretenir les abords des parcelles, ramassage, destruction des fruits piqués et utilisation d’augmentoriums. • Le traitement par tâche avec un produit homologué en cas de détection dans les pièges ou d’observation sur la culture

Connaître la mouche orientale des fruits : Fiche identité B dorsalis

Fabriquer soi-même son piège de surveillance : Fabriquer son piége de surveillance

télécharger ici :

  • la fiche d’identité de la mouche orientale des fruits
    PDF - 932.4 ko
    Fiche B dorsalis
  • le schéma du piège
    PDF - 521.2 ko
    Surveiller la mouche orientale soi-même

Action soutenue par : logo département

Mentions légales | Plan du site | Copyright © FDGDON Réunion 2005-2008
Nous remercions nos partenaires