Accueil du site > 1. Accueil > 1. Actualités > Alerte Tuta absoluta à Mayotte

Alerte Tuta absoluta àMayotte

Alerte Tuta absoluta à Mayotte

Présent en France métropolitaine depuis 2008, c’est le 18 août 2015 que le Service de l’alimentation de Mayotte a confirmé la détection pour la première fois de la mineuse de la tomate (Tuta absoluta) qui est un papillon ravageur de la tomate mais aussi d’autres Solanacées comme l’aubergine, le poivron et la pomme de terre. Deux foyers ont été détectés sur des cultures de tomate en plein champ à Combani, dans le nord, et à Dembéni, dans le centre de l’île. Il s’agit également de la première détection dans l’Océan Indien de cet organisme de quarantaine.

Stade larvaire de tuta absoluta

Description

La mineuse de la tomate est un microlépidoptère de la famille des Gelichiidae qui n’a jamais été détecté sur notre île. Les adultes mesurent entre 6 et 7 mm de long pour environ 10 mm d’envergure. Ils sont gris argenté avec des taches sombres sur les ailes antérieures. Les ailes postérieures sont étroites et frangées. Les antennes sont filiformes, alternant segments claires et foncés et représentent 80 % de la longueur du corps. Les femelles peuvent pondre jusqu’à 260 œufs dans leur vie (sur la face inférieure des feuilles), ce qui représente entre 10 et 12 générations par an en milieu tempéré. Après 4 ou 5 jours, les œufs éclosent. Les larves passent par différents stades avec des couleurs différentes, de couleur crème puis verdâtre et enfin rose claire. Ce sont les larves qui occasionnent les mines sur les feuilles et creusent même les tiges. Elles ont pour signe distinctif 2 bandes noires étroites sur la tête. Après une quinzaine de jour, les larves se nymphosent soit sur les feuilles, soit dans les mines, soit au sol. Au bout d’une dizaine de jours, l’adulte émerge. Le cycle complet varie grandement en fonction de la température. Il peut atteindre 76 jours à 14°C et diminuer à 23 jours à 27°C.

Adulte Tuta absoluta

Dégâts

Sa principale plante hôte est la tomate mais elle peut également s’attaquer à d’autres Solanacées cultivées comme l’aubergine, la pomme de terre, le poivron ou le pepino. Les espèces ornementales comme le Datura ou sauvages comme la morelle ne sont pas épargnées. Cet insecte est considéré comme l’un des plus redoutables ravageurs de la tomate. En effet, la larve peut générer des pertes pouvant aller jusqu’à 80 à 100 % de la production. La larve peut s’attaquer à tous les organes de la plante. Les jeunes larves attaquent d’abord les parties jeunes : l’apex, les folioles et les fleurs. Sur les feuilles, les galeries (ou mines) formées sont irrégulières et beaucoup plus larges que celles des mouches mineuses (Lyriomyza sp.). L’intérieur de la feuille est dévoré entièrement et seul l’épiderme est laissé intact. On observe alors des plages blanchâtres sur les feuilles. Au gré de son développement, la larve très mobile se déplace sur d’autres feuilles de la plante laissant derrière elle une mine remplie de déjections. Avec le temps, les galeries se nécrosent et prennent une teinte sombre. La plante finit par dépérir. La mineuse peut également s’en prendre aux tiges des plants, aux jeunes plants repiqués et au semis.

Tous les stades des fruits sont attaqués de leur formation à leur maturité. On observe des galeries et des nécroses sur le calice et des trous de sorties sur les fruits qui sont alors invendables. Une même larve peut s’attaquer à plusieurs fruits de la même grappe.

À ce jour, les services de la DAAF sont intervenus rapidement sur les 2 foyers pour éviter la dissémination du ravageur. Des mesures de destruction ont d’ores et déjà été prises sur les 2 exploitations agricoles concernées. Un plan de gestion à l’échelle du territoire est actuellement mis en œuvre, associant étroitement les professionnels agricoles. Les contrôles des produits concernés seront également renforcés lors l’entrée sur le territoire de Mayotte (par voie maritime ou aérienne).

Pour plus d’informations, allez sur le site du BSV-Réunion .

Afin de préserver l’agriculture réunionnaise notamment la production de tomate, n’importez pas ou ne ramenez pas de végétaux dans vos bagages

Contacts : En cas de symptômes sur vos Solanacées, n’hésitez pas à contacter : La DAAF/SALIM : 0262 33 36 68 La FDGDON (OVS végétal) : 0262 45 20 00 ou 0262 49 92 15 La Chambre d’agriculture : 0262 96 20 50

Mentions légales | Plan du site | Copyright © FDGDON Réunion 2005-2008
Nous remercions nos partenaires